Pas toujours facile de vulgariser les contenus à rédiger pour son entreprise. Sans s’en rendre compte, les textes deviennent vite imbuvables pour le commun des mortels : jargon administratif, termes trop techniques… Pour vous aider à simplifier votre style, voici quelques conseils pour améliorer votre rédaction.

1- Evitez le jargon d’entreprise, les sigles et les néologismes

Non, tout le monde ne sait pas que QSI signifie dans votre société « Qualité du système d’information » ! Obligez-vous à prendre un peu de recul : mettez-vous à la place de vos lecteurs pour repérer les sigles connus de vous seul. Si vous ne pouvez pas les éviter, rédigez-les en toutes lettres ou précisez leur signification.

2- Utilisez des mots précis

Emporté par votre élan, vous avez parfois tendance à rédiger des expressions un peu lourdes. Plutôt que «  cette voiture qui avait fait son temps et a bien vécu », allégez votre texte :  « cette vieille voiture » est bien plus compréhensible, non ?

3- Trouvez des verbes plus variés que « être », « avoir » et « faire »

Dans son excellent livre, «  Bien écrire pour le web », Sébastien Bailly propose un petit exercice pour choisir les bons verbes. La langue française est riche et pleine de nuances, la preuve !

  • Les journaux sont sur le guéridon -> Les journaux se trouvent sur le guéridon
  • Les imprimeurs sont au sous-sol -> Les imprimeurs travaillent au sous-sol
  • Les journaux sont sur le guéridon -> Les journaux se trouvent sur le guéridon
  • Ce discours a dix ans -> Ce discours date de dix ans
  • Louis a régulièrement mal au dos -> Louis souffre régulièrement du dos
  • Ce téléviseur ne se fait plus -> Ce téléviseur ne se fabrique plus
  • Jean-Claude a fait son travail -> Jean-Claude a terminé son travail

Eliminez les redondances

Sébastien Bailly donne aussi quelques exemples de redondances et de pléonasmes que nous utilisons tous. Cela prête à sourire… et pourtant !

  • Achever complètement
  • Apparence extérieure
  • Avoir un avenir prometteur devant soi
  • S’entraider mutuellement
  • Importer de l’étranger
  • Emmener avec soi

Voici également un petit exercice pour traquer les redondances. Il s’agit de repérer dans le texte tous les pléonasmes. Il y en a 16, à vous de jouer !

« Les phases successives de la journée pourraient peut-être offrir des perspectivesd’avenir imprévues. J’ai complètement fini de manger avant de sortir dehors. Je quittais la petite maisonnette en pensant mentalement à la conjoncture actuelleAu jourd’aujourd’hui, tout pouvait s’avérer vrai. Il fallait d’abord commencer par mettre fin au statu quo actuelMais pourtant, je pouvais différer à une date ultérieure la mise à jour de mes faux prétextes : un consensus commun pouvait se dégager. »

Ne  confondez pas un mot avec un autre

Personne n’échappe à ces petits pièges de la langue française :

  • collision et collusion
  • conjoncture et conjecture
  • partial et partiel
  • prolifique et prolixe
  • prééminence et proéminence
  • prolonger et proroger

Ne vous trompez pas d’orthographe

  • Censé et sensé
    Je suis censé rendre ce dossier demain –  Il tient des propos sensés
  • Cession et session
    Une cession d’entreprise – Une session de formation
  • Cote, côte et cotte
    Prendre des cotes (mesurer) –  la côte de boeuf – nager près de la côte –  cotte de travail
  • Différend et différent
    Rencontrer un différend – être différent