A la fois document de travail et document de référence, la charte éditoriale est le guide indispensable à toujours avoir sous la main quand on lance une publication d’entreprise (journal interne, magazine client, lettre d’information…) ou un projet web.

Elle donne un cadre précis en termes de stratégie et de rédaction de contenus. Elle  assure la cohérence des messages tant sur le fond que sur la forme. A qui est-elle destinée, que contient-elle ? Petit guide du « Comment bien rédiger une charte éditoriale ?

Une charte éditoriale pour qui ?

La charte éditoriale s’adresse à ceux qui interviennent sur les contenus : les contributeurs. Certains savent rédiger un peu, beaucoup… ou pas du tout ! Ils font partie de l’entreprise, ou pas ! Certains rédigent de manière occasionnelle, d’autres toutes les semaines… Cela peut faire pas mal de monde avec des compétences et un intérêt variables pour la rédaction voire le projet lui-même. Véritable mode d’emploi, la charte éditoriale met tout le monde d’accord : chacun sait ce qu’il doit faire, pourquoi, comment et quand ?

Les informations à faire figurer dans une charte éditoriale

1- La ligne éditoriale

La ligne éditoriale résume « la raison d’être » de votre projet éditorial. Elle précise les choix rédactionnels et de mise en forme de vos contenus :

  • Les objectifs
  • Le ou les publics concernés (la cible)
  • Le positionnement : le message que vous allez faire passer
  • Les sujets ou les thèmes qui seront abordés
  • Le concept et le principe graphique
  • Le ton et le style rédactionnel
  • Le calendrier de parution

2- La structure éditoriale

S’il s’agit d’une publication papier, c’est dans cette partie que vous allez dresser la liste des rubriques et présenter le principe de mise en page. S’il s’agit d’une publication web, vous allez présenter la hiérarchisation de l’information (arborescence) et le principe de navigation dans les pages. Pensez à vos contributeurs en privilégiant la simplicité du document. Utilisez des captures d’écran pour permettre d’identifier en un coup d’oeil les différentes zones de contenus de votre site :

  • La têtière (leader)
  • La colonne centrale (body)
  • La colonne latérale (sidebar)
  • Le pied de page footer

3- Les règles de rédaction

Là, on rentre dans le vif du sujet : la rédaction ! Il s’agit de poser les règles rédactionnelles que devront respecter vos contributeurs qu’ils soient pros ou amateurs (bon d’accord : pour les pros, normalement c’est du rappel !). Listez chaque type de contenu à rédiger et imposez vos règles :

  • Le titre : la longueur (nombre de mots), le style (plutôt incitatif ou informatif )
  • Le chapeau et l’intertitre : y en a-t- il ? Si oui, quelle longueur, quel ton ?
  • Le texte : la longueur, le nombre de paragraphes, la longueur des paragraphes…
  • La mise en forme : polices et tailles des caractères, justification des textes
  • Les règles typographiques : sigles, acronymes, noms d’organismes, fonctions…
  • Les liens hypertextes : peut-on insérer des liens internes et externes ? Quelles sont les modalités de présentation, d’ouverture de fenêtre…

Il y a de fortes chances pour que vos contributeurs utilisent un outil de gestion de contenu. C’est une solution de projet de site web qui permet de gérer facilement la mise en ligne de textes. domain technical data Leur mise en forme (feuille de style) est définie en amont. Dans ce cas, une petite formation à l’outil sera nécessaire.

4- Le style rédactionnel

Indiquez les formats d’écriture possibles selon les pages ou les rubriques (reportage, interview, compte-rendu, brève, actualité…) Précisez aussi le ton à utiliser et quel registre de vocabulaire privilégier selon le public visé :

Lorsque le Crédit Mutuel s’adresse aux jeunes pour vendre son offre bancaire en ligne « Bemix », ç’est écrit « d’jeunes » et le ton est tonique :

« Il n’y a pas mieux que le web pour gérer son budget et ses économies, communiquer, partager et profiter des bons plans ! »

Lorsque le Crédit Mutuel s’adresse aux parents pour vendre son offre bancaire en ligne à leurs enfants, c’est la même chose version « institutionnelle » :

« Bemix propose à vos enfants tout un univers de solutions et de services adaptés à son âge, ses besoins, ses envies. »

5- Les règles d’illustration

Précisez à vos contributeurs quelles ressources ils peuvent utiliser pour illustrer leurs articles (image, video, fichier pdf…) et les modalités de mise en ligne :

  • Dimension des images
  • Poids des fichiers
  • Nom des fichiers
  • Légendes…

6- Les bases de le rédaction

Si vos contributeurs sont plutôt novices en rédaction, donnez leurs quelques bases à défaut d’une petite formation aux techniques d’écriture :

  • Trouver un angle de traitement de l’information
  • La loi de proximité
  • La pyramide inversée et la règle des 5W
  • Interactivité et modération des commentaires

Si vous jouez la carte de l’interactivité avec les internautes, il est important d’identifier qui va répondre aux commentaires. Si vous mettez en place un forum de discussion, il faut un modérateur : une personne capable d’animer la communauté et de tempérer les discussions si besoin.

7- L’organisation éditoriale

L’organisation éditoriale, c’est l’équipe qui travaille sur le projet avec une répartition précise du rôle de chacun : pas de place à l’improvisation !

  • Qui rédige : identifier les rédacteurs
  • Qui valide : déterminer les étapes de validation
  • Qui met en ligne : certaines informations peuvent être mises en ligne par les contributeurs, d’autres non !Vous devez préciser qui « appuie sur le bouton » pour chaque type de contenu.
  • Qui coordonne : y-a-t-il un pilote dans l’avion ?